jeudi 16 juillet 2015

Le programme Alerte

Il y a deux jours, j'ai eu une belle fausse ordonnance pour du triazolam ; le jeune homme légèrement suspect, qui parle pendant 5 minutes avec l'assistante technique pour la distraire, et l'ordonnance pleine d'erreurs avec une licence de médecin inconnue au bataillon. Il s'en suit tout le tralala habituel : on vérifie l'authenticité auprès du prescripteur (ou du cabinet médical), on prévient la police et on envoie le formulaire "Alerte" à l'Ordre des Pharmaciens du Québec (OPQ). C'est à ce moment là, que j'ai réalisé qu'il n'existait pas vraiment de procédure officielle en France... Aussi aujourd'hui, je vais vous parler du programme Alerte, mis en place par l'OPQ et qui est bien efficace.


Le programme Alerte

Le site de l'OPQ rappelle que l'objectif de ce programme est de venir en aide aux patients ayant des problèmes d'abus de médicaments obtenus auprès de plusieurs médecins ou de plusieurs pharmacies, ou obtenus au moyen de fausses ordonnances. C'est un système qui a été crée en 1985, et qui propose de jumeler le patient avec un seul prescripteur, et un seul pharmacien afin d'éviter les tentatives pour avoir plus de stupéfiants, d'anxiolytiques... Le lien ci après vous conduira vers la page de présentation de l'OPQ. En fonction de l'alerte, une document sera faxé à toutes les pharmacies du Québec pour les aviser d'une situation : patient doit choisir un médecin/pharmacie, patient a fait une fausse ordonnance, patient ne peut prendre ses narcotiques que dans une seule pharmacie, etc. Un dossier patient doit obligatoirement être crée, de façon à pouvoir réagir de façon approprié si le patient se présente dans notre pharmacie.

Les fiches d'aide de l'OPQ

Tout d'abord, l'Ordre met à notre disposition plusieurs fiches pour aider les pharmaciens à gérer la situation rencontrée : que faire face à une fausse ordonnance ou une ordonnance falsifiée, que faire face à un abus de médicament, que faire face à une suspicion de polypharmacie... Ces fiches donnent des conseils et des indications claires sur la démarche à entreprendre, pour tous les pharmaciens du Québec.

Les formulaires 

Il existe plusieurs types, selon les situations rencontrées : engagement envers une pharmacie, fausse ordonnance, demande d'enquête et fin de contrôle. Je ne peux malheureusement pas rendre disponible en ligne ces formulaires qui sont réservés à l'usage professionnel du pharmacien.

Quelques cas concrets

Tout d'abord, je rappelle que le système d'assurance gouvernementale permet la télétransmission en direct, et donc permet un retour immédiat à la pharmacie si un médicament est "hâtif" dans une autre pharmacie (si le médicament est couvert par l'assurance uniquement par contre). Par exemple, le patient a acheté du lorazépam à la pharmacie X la veille, 30 comprimés pour une durée de 30 jours, et qu'il se présente dans une pharmacie Y, l'informatique nous avise en temps réel que le renouvellement est impossible car le médicament a déjà été servi dans une autre pharmacie. On ne se retrouve pas à avoir des patients ayant fait le tour de dizaines de pharmacies et qui se font rembourser des médicaments ainsi (grosse faiblesse de la CPAM qui ne permet pas encore, en 2015, la télétransmission "live").

Mettons qu'un patient vient de temps à autre, sans être un patient suivi de façon régulière et qu'il y a souvent des "hâtifs" pour des stupéfiants, ou des anxiolytiques. Ou alors en voyant au Dossier Santé Québec (équivalent du Dossier Pharmaceutique) que le patient prend d'autres médicaments stupéfiants ailleurs (plusieurs pharmacies par exemple). Il est alors tout à fait possible de demander à l'Ordre des Pharmaciens du Québec de réaliser une enquête.  Ainsi, s'il s'avère que ce patient abuse (polymédecin, polypharmacie), les pharmacies recevront une "alerte" signalant que le patient doit choisir un prescripteur et une pharmacie en signant un formulaire d'engagement.

Autre cas, un patient que vous connaissez bien, mais dont vous n'avez pas confiance car il abuse de temps en temps de narcotiques. Il est possible de lui demander de signer un formulaire d'engagement. Ainsi, ses médicaments ne seront servi que dans la pharmacie qu'il a choisi, par le prescripteur qu'il aura choisi (parfois, pas besoin de prescripteur choisi, le simple fait de choisir une pharmacie est suffisant). Le patient peut à tout moment changer de pharmacie mais il devra s'engager envers une autre pharmacie. Les autres pharmacies s'engageront à ne pas servir le patient s'il se présente chez eux.

Dans le cas de ma fausse ordonnance, une alerte a été envoyé dans les pharmacies, pour indiquer que ce patient a remis une fausse ordonnance tel jour, avec tel carnet de prescription. Ainsi averties, et avec le dossier-patient crée avec les informations fournies, les autres pharmacies du Québec seront attentives si le patient se présente chez eux.

Conclusion

Voici une méthode simple et efficace pour aider patients et pharmaciens à s'y retrouver en situation d'abus. Pourquoi l'Ordre National des Pharmaciens en France n'est pas capable de proposer ce type de solution ? Il serait tout à fait possible que chaque instance régionale gère ce type de programme pour alerter les pharmaciens. Une idée à suivre ?




14 commentaires:

  1. Très bon article !! Je suis actuellement en train de rédiger ma thèse qui porte sur la comparaison Québec versus France de la prise en charge par les analyses des ordonnances des personnes âgées de plus de 75 ans. Votre blog me donne pleins d'idées !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    ton histoire est geniale, cela permet de savoir a quoi s'attendre au quebec. Pense tu que 35 ans n'est pas un age trop avancé pour partir au Quebec?
    Je suis pharmacien mais je souhaite changer de vie et quitter la France pour de nouvelles aventures. J'ai deux enfants de 5 (il s'appel Thomas d'ailleur) et 10 ans pense tu que l'adaptation est facile a cet age?
    Vincent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Difficile à dire, chaque cas est unique. Il y a des gens de 20-25 ans qui ne supportent pas le changement de vie (société nord américaine très différente). Je ne suis peut être pas la meilleure personne pour te conseiller. Je peux en revanche te dire que ça été dur pour moi au début, mais il faut accepter que le Québec ce n'est pas la France. Maintenant j'aime bcp vivre ici, mais par exemple être loin de ma famille est difficile. C'est vraiment un choix de vie personnel. J'ai une collègue française qui a immigré avec toute sa famille à 40 ans et tout s'est bien passé. Désolé de ne pas pouvoir répondre plus précisément à ta question.

      Supprimer
    2. Thomas,

      merci pour ta reponse, qu'est ce qui a ete dur pour toi? c'est le changement de mentalité ou l'eloignement de la famille, rentre tu souvent en France? Il y a beaucoup de pharmacien francais la bas? y a t'il vraiment une penurie de pharmacien au quebec?

      Vincent

      Supprimer
    3. Tout d'abord s'habituer à une mentalité différente, s'habituer aux réactions des gens... la famille et les amis en France bien évidemment. J'essaye de retourner en France 3-4 fois par année, et j'ai des visites (amis/famille) au cours de l'année aussi.
      De ce que j'ai compris, il y a une dizaine de pharmaciens français par an qui passent l'équivalence. La pénurie existe toujours, mais en région (éloignée des grandes villes, genre 2-3 heures) et dans les hôpitaux (faut faire un master de plus, pour être payé 20% moins cher qu'en officine).

      Thomas

      Supprimer
    4. Thomas,

      je lis partout mentalité differente, y a t'il vraiment une grosse difference de mentalité?
      Quel est pour toi cette esprit americain? la vie l'hiver n'est elle pas trop dure?

      Vincent

      Supprimer
    5. L'hiver est surtout long... il fait froid, mais sec, donc bien équipé on le traverse très bien. Mais c'est très long. Quant à l'esprit, beaucoup de gens pensent que le Québec c'est la France en Amérique. Mais ce n'est pas cela, c'est l'Amérique qui parle en français. C'est mon ressenti : société de (sur)consommation, individualisme, libertés individuelles supérieures aux collectives... Ce n'est pas les USA, mais c'est très loin de la France. Bcp de gens repartent déçus à cause de cela.

      Supprimer
    6. Mais c'est difficile de lier des amitié? ou en fait les gens sont tres egoiste? remarque en France les gens ne pensent aussi cas eux meme.
      Y a til une securite sociale et une retraite? cotise tu a la cfe?

      Vincent

      Supprimer
    7. En fait,

      je suis titulaire en association dans la cadre d'une selarl (mais je boss 70 h par semaine pour 11 euros de l'heure), et suite a un prud'homme difficle (je me suis fait arnaquer car la personne que j'ai licencié est en menage avec un juge des prud 'hommes donc j'en ai pri plein la tete sans pouvoir vraiment me deffendre)
      j'en ai un peu marre de ce pays ! et je voudrai partir a l'aventure avec mes deux enfants et mon epouse. Je pense que le Quebec serait un super pays, mais j'ai un peu peur du clmiat, et de l'adaptation de ma famille.
      Combien peut on esperer gagner par mois au Quebec? comment fais tu pour rentrer 3 a 4 fois par an en France je croyais qu'il n'y avait que 2 semaines de congés payés au Quebec, tu prend du sans solde? Vie ton vraiment tres bien quand on est pharmacien au Quebec?

      Vincent

      Supprimer
    8. Envoie moi un courriel à tom.tom624 at gmail.com ce sera plus pratique pour discuter :)

      Supprimer
  3. Avec le dossier Pharmaceutique on y arrive tout doucement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet, on peut voir si un patient abuse, mais on n'a pas une alerte généralisée pour faire attention si le patient se présente à la pharmacie.

      Supprimer